vimy-et-notre-dame-lorette

Visiter Vimy et Notre-Dame-de-Lorette

Si le mémorial de Vimy, la nécropole de Notre-Dame de Lorette et l’Anneau de la mémoire sont aujourd’hui des havres de paix où il fait bon flâner le dimanche en famille, ils nous rappellent que les collines l’Artois furent le théâtre des combats sanglants de la Première Guerre mondiale. Ces lieux de mémoire font partie des incontournables de la région Hauts-de-France, dont la visite ne laisse pas indiffèrent.

Contempler le mémorial de Vimy

Pour commencer, direction Vimy, à une dizaine de kilomètres de Lens et Arras. C’est ici, au sommet de la côte 145, que se dresse majestueusement le mémorial national du Canada. Ce monument en pierre blanche qui surplombe la plaine rend hommage aux soldats canadiens tombés durant la Première Guerre mondiale.

Ses deux colonnes qui culminent à 27 mètres de haut représentent la France et le Canada. Tout autour de son socle, on trouve les noms de 11 285 soldats sans sépulture connue. On y trouve également plusieurs statues, dont celle d’une femme qui pleure, tête baissée. Il s’agit du « Canada en deuil », symbole de la nation qui pleure ses fils morts au combat.

Les troupes canadiennes ont largement contribué à la victoire de la bataille de la crête de Vimy. En effet, au début de la Première Guerre mondiale, le Canada est encore en partie sous gouvernance britannique. Il va donc s’engager dans le conflit à la suite du Royaume-Uni, tout comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande. Et si de nombreux jeunes canadiens s’enrôlent avec enthousiasme dans un élan patriotique, ils sont loin de s’imaginer que la guerre va durer 4 ans… Et qu’ils vivront ce qui ressemble à l’enfer dans les tranchées de Vimy.

Pour ceux qui sont intéressés par l’histoire de cette bataille, le site des Anciens combattants du Canada est très complet.

Visiter les tranchées de Vimy et les souterrains de la guerre 14-18

La Première Guerre mondiale a été une guerre de tranchées. Chaque armée a ainsi tenu des positions défensives stratégiques. La ligne de front, qui traversait le nord de la France, a laissé de nombreuses traces sur le territoire. Les troupes allemandes ont fait de la crête une position forte dès 1915. Ils y creusent des tranchées et en y installent de l’artillerie. Ce n’est que deux ans plus tard, en avril 1917 que les soldats canadiens réussissent à les faire reculer. Après plusieurs mois de préparation et plusieurs jours de combats acharnés.

À Vimy, on trouve également un petit centre d’interprétation (actuellement fermé). Il retrace à travers une exposition gratuite l’histoire des soldats et leur vie quotidienne. À l’extérieur, il est possible de visiter gratuitement les tranchées reconstituées. Si elles sont en « dur », contrairement à celles de l’époque, cela permet aux petits et aux grands de fouler du pied ces étroits couloirs qui servaient à la fois de défense et de lieu de vie aux soldats.

tranchées vimy
Aperçu des tranchées de Vimy

Les souterrains de Vimy sont un autre vestige de la guerre 14-18. Creusés par les soldats, ils se visitent sur réservation auprès du centre d’interprétation. Visite déconseillée aux personnes claustrophobes et pensez à prévoir un pull, il fait relativement frais à l’intérieur.

Découvrir un bout de Canada dans le Pas-de-Calais

Au total, ce sont près de 600 000 soldats canadiens qui combattront en France. Plus de 60 000 ne rentreront jamais chez eux. Sans compter les innombrables blessés. En guise de remerciement, la France à cédé au Canada une parcelle de terre au sommet de la crête de Vimy, ou Vimy Ridge, et 100 hectares alentour. En vous y rendant, vous êtes donc techniquement sur le sol canadien pour quelques instants.

C’est depuis lors le Canada qui entretien le site. Des pins canadiens ont été plantés autour du mémorial et des deux cimetières qui se trouvent à proximité. Si aujourd’hui cela crée une atmosphère propice à la promenade, les cratères entre les arbres nous rappellent que cet endroit n’était à l’époque que boue et désolation. Ce sont en effet près d’un million d’obus qui sont tombés sur le secteur la semaine de la bataille de Vimy.

Avec un peu de chance, vous croiserez les moutons qui entretiennent les pelouses. Ils semblent parfaitement s’accommoder des cratères qui donnent un relief particulier à leurs pâturages.

En définitive, que vous soyez ou non intéressés par l’histoire, le mémorial de Vimy reste le point de départ idéal pour une balade au grand air. On y trouve de grands parkings et il est très facile de se déplacer à pied entre les différents points d’intérêt. Les allées boisées sont bien aménagées et praticables par tous les temps. La visite de l’ensemble du site peut facilement vous prendre 2 heures.

sentier-vignette-vimy-1

Randonner à Vimy

Si vous faites le tour du monument par le bas, vous croiserez également le Sentier de la Vignette, une agréable randonnée balisée de 2h40 qui traverse la forêt domaniale de Vimy. Il est possible de démarrer l’itinéraire au niveau du mémorial.

Se rendre à la nécropole nationale de Notre-Dame de Lorette

Ensuite, direction la basilique de Notre-Dame-de-Lorette, à une dizaine de kilomètres de là. Elle trône au milieu de milliers de tombes en formes de croix. Devenue la plus grande nécropole nationale de France, le site regroupe les stèles de 42 000 soldats français tués au court de la Première Guerre mondiale. En face de la basilique se dresse une tour de 52 mètres de haut, la « lanterne des morts » dont le phare est visible à des kilomètres à la ronde.

Un peu à l’écart du site se trouve un promontoire qui offre une jolie vue les plaines environnantes. Il permet d’ailleurs d’apercevoir au loin les tours du monument canadien de Vimy.

Visiter l’Anneau de la Mémoire de Notre-Dame-de-Lorette

À quelques pas seulement de la basilique, on trouve également L’Anneau de la Mémoire. Ce mémorial international érigé en 2014 rend hommage aux soldats de toutes les nationalités confondues tombés dans le Pas-de-Calais pendant la guerre de 14-18. C’est ainsi plus de 580 000 noms qui sont gravés sur les plaques de métal qui constituent l’anneau. Marcher à l’intérieur du mémorial permet de réaliser l’ampleur des ravages de cette guerre. Venus des quatre coins du monde, amis ou ennemis sur le champ de bataille, L’Anneau de la Mémoire est là pour qu’on se souvienne d’eux.

Une partie des 580 000 noms gravés sur l’Anneau de la Mémoire

En bas de la colline se trouve également le Centre d’Histoire 14-18 (actuellement fermé). Un musée en accès libre qui retrace les grandes étapes de la Première Guerre mondiale, des origines du conflit à la reconstruction.

Se rendre à Vimy et Notre Dame de Lorette : infos pratiques

À 50 min de Lille ou 10 min de Lens et Arras en voiture, Vimy et Notre-Dame-de-Lorette sont plus difficilement accessibles en transports en commun. Des parkings gratuits sont à disposition à l’entrée de chacun des sites.

Le mémorial de Vimy est en accès libre, seul le centre d’interprétation et les souterrains sont soumis à des horaires d’ouverture.

De même vous trouverez toutes les infos utiles relatives à la visite de Notre-Dame-de-Lorette, de l’Anneau de la Mémoire et du musée sur le site du Mémorial 14-18.

Et si vous venez de loin, profitez-en pour vous rendre aux terrils jumeaux de Loos-en-Gohelle à une vingtaine de minutes en voiture ou pour visiter le Louvre-Lens tout proche.

2 réflexions sur « Visiter Vimy et Notre-Dame-de-Lorette »

  1. Super vos informations, j’apprends des choses sur ma région. On dit toujours que lorsqu’on part en vacances, on essaie de découvrir la région alors qu’ on connaît peu de choses sur la notre. Merci pour vos publications ça me donne des idées pour de nouvelles rendos. Continuez. Cordialement.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *